Préparation

Si brûler de la gomme sur du bitume demande de la concentration et de la maitrise, la conduite hors-route demande de la dextérité, de bons réflexes et une bonne technique. Ça ne s’invente pas. Par contre ça s’apprend.  Et je compte bien m’entrainer dès que je le pourrais.  Il reste encore un peu de temps mais d’ici là, je dois  construire la moto qui va me faire traverser le désert, apprendre  à lire une boussole et un roadbook et me remettre en forme. Y a du boulot… Par contre j’ai beaucoup de chance. Un ami (qui se reconnaitra et qui s’est laissé contaminer par mon petit grain de folie) a décidé de m’aider. Il m’offre la possibilité de reconstruire une moto au complet, avec son aide, pour limiter les frais et m’apprendre tout ce que je dois savoir sur la moto qui me fera traverser les dunes marocaines. On attaque donc la reconstruction de la KLR 250 dès que-possible! 

Une Kawasaki KLR250 de 1993, ça ressemble à ça.                   <–                                                                                                       Et pour le moment, la mienne ressemble plutôt à celle-là  –>    Il va falloir que j’apprenne la différence entre une culasse et des pistons, que j’apprenne où vont chacune de ces pièces et que je les remonte…. (accessoirement, elle aura aussi besoin d’un petit coup de peinture, mais ça… c’est secondaire).

                    Je te montrerai l’évolution ici-même, sur Facebook et Instagram